Face au fléau du célibat qui touche la oumma dans le contexte occidental ; une entrepreneuse a décidé de prendre le taureau par les cornes afin de restaurer un usage bien connu des sociétés arabo-musulmanes : la mise en relation des célibataires en vue d’un mariage. Voici Abelni !

“… J’ai pris conscience de la difficulté de trouver quelqu’un de bien quand on a passé les bancs de la fac. Et où il est plus facile de faire des rencontres en vue du mariage….”

La Oumma couve en son sein de plus en plus de porteurs de projet au service de la oumma et de sa foi. Parmi eux se trouve Sabrina, fondatrice de l’agence matrimoniale Abelni (originellement “9abelni”, qui signifie “rencontre-moi”). Elle nous a fait le plaisir de nous accorder une interview.

Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Sabrina, je suis informaticienne de formation. J’ai changé de métier après dix ans d’exercice dans le but de mettre mes compétences au profit de ma communauté. Je me suis donc essayé à plusieurs domaines, avant de choisir de m’atteler à un des plus grands mal de notre société en fondant Abelni.

Quand as-tu créé Abelni ?

J’ai commencé en 2013 en tant qu’auto-entrepreneur. Au départ, je louais ponctuellement des bureaux dans Paris pour recevoir les futurs adhérents. En avril 2014, j’ai eu mes propres locaux sur une péniche. Et en février 2015, Abelni est devenu une société.

Qu’est-ce qui a motivé la création de ce projet ?

J’ai pris conscience de la difficulté de trouver quelqu’un de bien quand on a passé les bancs de la fac. Et où il est plus facile de faire des rencontres en vue du mariage. Une fois passé ce stade, il y a moins de réseaux, et par conséquent moins d’opportunités de rencontre dans le quotidien. C’est là que je me suis rendu compte que pour faire des rencontres dans le haram, les possibilités ne manquent pas. Mais dans le halal, il n’y en a peu ou pas.

“… 85% des personnes inscrites recommanderaient l’agence, 10% qui ne savent pas, et 5% ne recommanderaient pas…”

Comment ça marche ?

Je reçois chaque candidat qui souhaite s’inscrire ou en savoir plus, lors d’un entretien qui est gratuit et sans engagement. Au cours de l’entretien, je pose des questions pour en savoir plus sur la personne. Souvent, les personnes commencent directement avec leurs attentes. Mais elles oublient parfois qu’elles doivent aussi rentrer dans les cases d’un autre. Je commence donc volontairement par les faire parler d’eux. Ensuite, on passe aux critères de recherches.

Il y a un engagement contractuel entre la personne intéressée et Abelni ?

Oui, une fois le dossier validé par l’agence, nous proposons aux candidats un contrat d’un an sur lequel nous nous engageons à proposer un minimum de 5 rencontres. Les années suivantes, si la personne n’est toujours pas mariée, nous continuons de lui proposer des personnes sans faire payer une nouvelle adhésion annuelle. Sachant, qu’il y a un minimum, mais pas de maximum.

Bien-entendu, si les aléas de la vie font que nous ne sommes pas en mesure de présenter le minimum d’adhérents contractuel, nous remboursons au prorata.

Quel est le prix de la prestation ?

Différents forfaits sont proposés en fonction du type d’accompagnement choisi. Les tarifs varient donc en fonction des services. Mais globalement, il faut compter l’équivalent du tarif d’adhésion d’une salle de sport à l’année payable en 2 ou 3 fois.

Il y a une sélection des adhérents ?

Oui. Tout d’abord, mon activité est réglementée. Donc, je suis tenue de faire preuve de transparence. Je demande pour l’inscription plusieurs documents justificatifs pour vérifier les informations qui me sont communiquées pendant l’entretien. C’est un premier filtre légal, et c’est un gage de confiance pour les adhérents.

Et puis, il y a les attentes des adhérents qui sont le deuxième filtre dans le sens où il faut un matching entre les personnes. Mon rôle est donc de créer un point de contact entre les aspirations de chacun en sélectionnant des profils de qualité.

Comment se déroule la première rencontre chez Abelni ?

On propose des dates de rendez-vous lorsque deux personnes peuvent se correspondre. La première rencontre se passe à l’agence, dans une salle prévue à cet effet. Elle est ouverte sur le couloir et je ne suis jamais très loin. Les deux personnes se rencontrent pour une durée de 40 minutes, mais il n’y aucun échange de numéros. D’ailleurs, il est recommandé que la fille soit accompagnée d’un tuteur. Bien qu’il salue le jeune homme, il attendra en salle d’attente qui n’est pas très loin de la salle de rencontre.

À l’issue de l’entretien, nous envoyons un questionnaire aux deux personnes pour connaître leurs ressentis. S’ils se sont plu, on transmet le numéro de la femme ou de son tuteur au jeune homme pour qu’il la contacte. Si ce n’est pas le cas, ou que ce n’est pas réciproque, l’agence se charge d’informer qu’il n’y aura pas de suite. Ainsi, les réponses au questionnaire nous permettent de préciser la recherche des futurs profils.

Il y a-t-il des services supplémentaires ?

Oui, nous avons deux ateliers pour permettre aux adhérents de se préparer au mieux. Le premier atelier, en partenariat avec Ali habibbi, rappelle les règles du choix de l’épouse / époux, pour que les adhérents se posent la question “pourquoi on se marie ?”. Le but est d’amener plus de réalisme dans le choix des futurs époux/épouses.

Le deuxième atelier qui est réservé aux femmes pour le moment, se fait en partenariat avec Agatha Zahra. Cet atelier est axé sur “l’après-mariage”. Donc tout ce qui est lié à la féminité, la sensualité et la sexualité. Ça permet aux femmes d’être épanouies dans leur vie de femme, et dans leur future vie maritale. D’ailleurs, on a ouvert ces ateliers aux non-adhérents, car ce sont des thématiques qui intéressent beaucoup.

Est-ce que Abelni est une alternative aux sites de rencontre dit “halal” ?

Oui, je considère que les sites de rencontres n’ont rien de musulman. Personnellement, je m’oppose complètement à tout ce qui est site de rencontre, ou tout autre moyen par affichât. Clairement, le système de l’agence matrimoniale est un système éthique est qui est tout simplement une alternative aux rencontres qui se feraient via la famille, des amis proches, ou même les mosquées.

Je travaille d’ailleurs en partenariat avec certaines mosquées. C’est donc clairement une alternative dans le sens où l’on met en contact des personnes qui veulent vraiment se marier. De plus, les hommes adhérents savent que les femmes adhérentes ne sont pas là pour s’amuser. Et puis, le filtre lié à l’inscription amène directement une dimension très sérieuse, et les adhérents en sont conscients.

Quel est le taux de réussite de Abelni ?

Je ne communique pas dans ce sens, car c’est Allah swt qui décide de l’issue et non moi. Par contre, ce que je sonde après chaque rendez-vous via le questionnaire, c’est que 85% des personnes inscrites recommanderaient l’agence, 10% qui ne savent pas, et 5% ne recommanderaient pas. Les statistiques indiquent clairement que la qualité des profils rencontrés, bien qu’il n’y ait pas eu de mariage, sont satisfaisants et donnent de l’espoir pour la suite.

Est-ce que les idées reçues sur l’agence matrimoniale ont été un frein pour Abelni ?

C’est vrai qu’au départ, les gens sont souvent très sceptiques. Ça a d’ailleurs été pendant longtemps un frein, et même une difficulté. Mais avec le temps, et en venant se renseigner auprès de nous, ce scepticisme s’évapore.

Est-ce que ce système est un moyen de faire revivre la sunna ? À savoir marier les gens le plus tôt possible, et ne laisser aucun célibataire ?

Oui, c’est même fondamental pour assurer la survie de la oumma et son bien-être. On ne peut pas, en tant que musulman, ne pas prendre cette responsabilité de marier les gens ou de faire en sorte de trouver des moyens de les marier. Le bien-être de chaque musulman passe par un équilibre, le mariage contribue à cet équilibre.

Alors si vous êtes célibataire et que vous recherchez quelqu’un de qualité, vous connaissez maintenant la bonne adresse : Abelni.

1 COMMENTAIRE

Laissez un commentaire !