Nous connaissons toutes le luxe oriental que nous offre un pays comme le Maroc. Mais connaissez-vous réellement la culture de ce Royaume ? Ou bien estimez-vous que Marrakech et ses jolis paysages résument parfaitement ce qu’est le Maroc ? Anass Yakine, jeune globe-trotteur nous en donne la réponse.

5 000 km pour redécouvrir le Maroc

Originaire de Casablanca, il décide le 25 novembre 2012 d’aller à la quête du Maroc. Le vrai. Loin de ses villes et de ses “paysages” urbains. Il s’adonne à une quête philosophique et écologique muni de son sac à dos, sa caméra, et de sa fameuse peluche avec laquelle il s’exprime à travers son voyage.

C’est seul qu’il commence son remarquable périple aux confins d’un Maroc. En effet, il s’est donné 5 000 km et deux ans pour atteindre son objectif de parcourir le Maroc à pied. Un objectif qu’il perçoit comme une quête de sagesse et d’épanouissement de soi.

Il débute son parcours dans le désert, se retrouvant livré à lui-même pour sa première nuit à la belle étoile. Son amour pour le voyage, c’est à Théodore Monod qu’il le doit. Un humaniste français et un grand spécialiste des déserts. Ce dernier est parti à la découverte du désert tout au long de sa vie, et a marché jusqu’à l’âge de 96 ans. C’est ce qui éveille chez Anass Yakine, alors âgé de 12 ans, son goût pour l’excursion et son admiration pour celui qu’on appelait autrefois ” le fou du désert “. Douze ans plus tard, le jeune homme quitte les bancs de l’université pour réaliser son rêve : marcher pour redécouvrir son pays.

Anass Yakine et sa peluche Nounous

Anass Yakine parcourt son chemin accompagné de sa fameuse peluche nommée “Nounous”. Un objet emblématique de son voyage. « C’est elle qui partira à la rencontre des gens, et plus particulièrement des enfants. Se prendra en photo avec eux et fera tout au long du voyage ses commentaires ». Un symbole qui représente la liberté d’expression, et qui marque le côté critique d’une société dont il cherche à se détacher. Nounouss est donc une peluche qui le suit depuis sa plus tendre enfance, et qui tient désormais un rôle important dans son projet.

« Ce concept de rêve d’enfant est fondamental, car il est à la fois le bourgeon et la sève vitale de notre accomplissement. Nounous, tricoté par ma mère 2 mois avant ma naissance, est mon compagnon de vie. Et le symbole de ce rêve d’enfant »

Un voyage qui ne fait pas l’unanimité

Malheureusement, la quête du jeune globe-trotteur n’est pas vu d’un très bon œil au sein du Royaume. D’abord dans son entourage, ensuite parmi le public marocain. Anass Yakine se fait vivement critiquer quant à son choix de changer de mode de vie. Les médias associent même sa marche à la cause du Sahara. Chose que le jeune marocain a démentie. Il a affirmé que son voyage est d’ordre écologique et philosophique, non-politique. Ce qui ne suffit pas puisque la police entame une enquête pour s’assurer que le jeune homme ne fait pas partie du Polisario.

S’ensuivent alors pour lui des procédures administratives pour obtenir des autorisations. Des contraintes qui ne l’empêcheront cependant pas de continuer son périple à travers le Maroc. C’est avec détermination que le voyageur continuera sa marche. En partant de Dakhla à Tanger, pour remonter vers Casablanca, puis Oujda. Et malgré les contraintes rencontrées, les rencontres aussi atypiques qu’inoubliables seront son réconfort.

« Ce périple est à l’image de la vie, avec des objectifs à atteindre »

Le succès d’une quête philosophie

Sur les réseaux sociaux, le projet d’Anass Yakine connaît un véritable succès. C’est ainsi que l’équipe s’agrandit au fur et à mesure du voyage. En effet, plusieurs personnes, notamment ses parents se joignent au voyage en adhérant au principe écologique et à la quête de l’épanouissement de soi. Une sensation qu’ils retrouvent en se laissant aller dans cette marche spirituelle qu’est le tour du Maroc à pied.

Ambassadeur de l’organisation « Travel with a Mission », il donne plusieurs conférences dans le cadre TEDx ainsi que dans les universités faisant partie de son parcours. Il y présente son voyage. Mais ce n’est pas tout ! Il a e projet d’écrire un livre, qui sera suivi d’un documentaire qu’il réalisera lui-même. Son voyage s’est même fait remarquer au-delà des frontières du Royaume, puisque de grandes chaînes américaines se sont intéressées à son projet.

Ce périple est donc l’expression d’un rêve d’enfant, qui a fini par devenir un réel objectif de vie. Paulo Coelho a dit dans « l’Alchimiste » : « Quand on veut une chose, tout l’univers conspire à nous permettre de réaliser notre rêve ». Anass Yakine a commencé seul son voyage envers et contre tous. Aujourd’hui, son projet est devenu une source d’inspiration pour beaucoup. Après une marche ayant durée deux ans, c’est un homme accompli et libéré que l’on retrouvera bientôt pour de nouveaux projets.

Laissez un commentaire !