Pendant que les musulmanes de France se battent pour être respectées ; en Arabie Saoudite, les Saoudiens maltraitent les musulmanes du Maroc.

Un appel au secours au prix de sa vie

Il y a des découvertes qui fendent le cœur. Celle-ci concerne une femme du nom de Lamia. Une femme au visage doux et attendrissant qui a décidé de prendre la parole pour faire connaître l’injustice qu’elle subit depuis plus d’un an. C’est pendant le ramadan qu’elle a décidé de faire son témoignage au risque de sa vie. Dans celui-ci, on apprend qu’après une conversation sur internet avec un Saoudien, elle viendrait dans le pays pour travailler. Elle a alors décidé de quitter son pays (le Maroc), sa famille et sa fille dans l’espoir d’avoir plus d’argent. Une volonté nourrie par l’espoir de “payer des études à sa fille, l’habiller et la nourrir”.

Sauf que voilà, l’homme en question est “un homme qui ne craint pas Dieu” comme elle le dit. En arrivant sur place, il lui a retiré son passeport. Elle s’est donc retrouvée “sans terre ni droits”. Et puis, il l’a demandé en mariage en la menaçant, et en lui faisant du chantage. Ce mariage a été une succession de complications et d’injustices, lui faisant subir les choses les plus immondes sur le plan psychologique, physique et juridique. Face à cette situation “elle a frappé à toutes les portes” pour faire entendre son histoire et recevoir de l’aide. Mais personne pour répondre à sa demande. Elle s’est naturellement tournée vers le consulat du Maroc pour faire valoir ses droits, et lui permettre de retourner auprès de sa famille et sa fille.

Sauf que, nouvelle surprise, le consulat du Maroc fait l’autruche. Le Marocain dans cette situation n’a aucune valeur pour son propre pays. Dans son témoignage, elle constate ironiquement que le royaume du Maroc “n’a pas les moyens” d’offrir les services d’un avocat à ses citoyens. Ceci dans le but de défendre leurs droits sur place, et avoir un logement en attendant de régler la situation. Car en effet, n’ayant pas de logement, c’est en prison qu’est sa place, alors qu’elle est la victime. Des preuves et des enregistrements administratifs viennent corroborer son témoignage.

Mise à jour 28 septembre 2016 : Grâce à son témoignage, la mobilisation massive des Marocains, et l’aide du roi du Maroc, elle est aujourd’hui auprès de sa famille (vidéo à la fin de l’article).

Une voix parmi tant d’autres

Ce témoignage n’est pas sans rappeler la condition de nombreux employés de maison qui subissent des traitements inhumains. Plus tôt cette année, le témoignage d’une autre femme marocaine est remonté à la surface. Ces femmes qui appellent à l’aide le roi du Maroc, se retrouvent face à un silence radio. En 2015, le ministère des affaires étrangères avait pris des mesures interdisant aux femmes marocaines de travailler en Arabie Saoudite, mais apparemment …

Toutefois, nombreuses sont les voix que l’on n’entend pas, puisque ces personnes sont prisonnières. À la merci des violences de toute une famille parfois. Il y a urgence à sensibiliser les populations au sujet de cette injustice. Certains saoudiens se pensent tout permis. Fortunés, ils utilisent sans scrupule l’islam pour arriver à leurs fins. Rappelant les comportements injustes des Quraychites à l’époque du Prophète saws. D’autre part, il y a urgence à ce que les gouvernements dont sont issues ces minorités, mais aussi l’Arabie Saoudite, mettent en place des mesures et des contrôles pour encadrer et protéger le droit de ces travailleurs.

Vidéo de Lamia expliquant son retour au Maroc (en arabe). Elle raconte ce qu’elle a vécu en Arabie Saoudite, et pourquoi elle n’a pas pu rentrer au Maroc à l’époque. Elle dit qu’elle a pu revenir dans son pays grâce à la mobilisation des Marocains qui ont fait circuler la vidéo massivement, et l’intervention du roi du Maroc.
Le jour où on lui a annoncé qu’elle allait enfin rentrer au Maroc, elle n’y croyait pas. Et ce, jusqu’à ce qu’elle pose un pied au Maroc. Elle dit aussi, qu’elle veut qu’une aide soit apportée aux autres femmes toujours bloquées là-bas. De son côté, elle va continuer son combat pour cette cause et ses droits. Elle fait aussi part du fait que les femmes marocaines sont très mal perçues là-bas.

Une preuve qu’une action solidaire de masse peut sauver des vies !

Laissez un commentaire !