Que faire lorsque j’ai une baisse de foi, et que je me perds…

Par Ayah

Publié le 19 novembre 2019
Rubrique : Les essentiels | Ramadan

La baisse de foi, probablement l’aspect le plus difficile de la vie d’un croyant. Ceci parce que la foi est à la fois un pilier sur lequel il s’appuie, et un guide sur lequel il peut compter. Mais le jour où cette foi disparaît, le cœur devient un lieu froid et vide. Un lieu déconnecté de Dieu et de sa grâce. Alors comment retrouver le chemin après une baisse de foi ? Ou pire encore, une perte de foi ?

«  Ô vous qui croyez ! Répondez à l’appel de Dieu et du Prophète lorsque celui-ci vous convie à ce qui peut assurer votre salut. Sachez que Dieu peut S’interposer entre l’homme et son cœur, et que c’est devant Lui que vous serez tous rassemblés » Sourate 8 Al-Anfal (les prises de guerre) ; verset 24.

Comprendre les raisons de cette baisse de foi

Pour pouvoir soigner une maladie, il faut d’abord identifier les causes. En islam, tout ce qui touche le cœur en mal est considéré comme une maladie. Et peut donc être soigné in sha Allah (si Dieu le veut).

Les causes peuvent être dues à plusieurs choses. Les deux raisons principales sont : un éloignement de la pratique religieuse et du coran, et la pratique répétée de péchés sans désir réel de se repentir. Sachez que quelle que soit la raison de cette baisse de foi, c’est au final un décret d’Allah swt. Ce qui signifie aussi, que s’Il l’a retiré c’est pour vous mettre à l’épreuve et voir si vous allez patienter et vous accrocher pour retrouver votre foi. C’est une information qu’il ne faut jamais oublier, car Allah swt est le seul qui peut redonner la foi après l’avoir temporairement suspendue. En dehors de Lui, nous sommes réellement seuls…

« [155] Certes, Nous vous soumettrons à quelques épreuves en vous exposant de temps à autre à la peur et à la faim, en vous faisant endurer quelques pertes dans vos biens, dans vos personnes et dans vos récoltes. Mais tu Prophète peux annoncer une heureuse issue à ceux qui souffrent avec patience ; [156] à ceux qui, lorsqu’un malheur les touche, disent : « Nous sommes à Dieu et c’est à Lui que nous ferons retour » [157] C’est sur ceux-là que Dieu étendra Sa bénédiction et Sa miséricorde, et ce sont ceux-là qui sont dans le droit chemin »» Sourate 2 Al-Baqara (la vache) ; versets 155 à 157.

Quelles actions mettre en place ?

1. Le repentir

Identifier les raisons de sa baisse de foi permet de méditer sur ses agissements. Tenter de comprendre quand le retournement de situation a eu lieu, et pourquoi. Une fois la raison identifiée, il faut se repentir sincèrement. Et un repentir sincère ne peut avoir lieu que si nous avons réellement conscience de ce que nous avons fait. Ou en tout, cas disposé à trouver ce que nous avons bien pu faire. Parfois, nous pouvons penser que ce n’est rien, pourtant pour Dieu c’est un acte terrible. Un acte qui nous a peut-être valu de perdre notre foi.

Le repentir lave le croyant, car d’aucuns d’entre nous peut prétendre ne pas avoir besoin de se repentir. Cela même s’il pense que ce n’est pas de sa faute qu’il a perdu sa foi, mais de celle des autres. Au-delà même de montrer une attitude arrogante, barrière naturelle à la foi, cela dénote aussi d’une ignorance en terme de spiritualité. Le repentir est une rahma (miséricorde de Dieu). En effet, Allah swt dit dans sourate 16 Al-Nahl (les abeilles) ; verset 61 «  Si Dieu tenait rigueur aux hommes de leur injustice, Il ne laisserait subsister aucun être vivant sur la Terre. Mais Il les renvoie jusqu’au terme fixé. Puis, quand ce terme échoit, ils ne pourront ni le retarder d’une heure ni l’avancer ». Cela signifie que Dieu nous laisse un temps déterminé pour nous racheter auprès de Lui.

Alors faites du istighfar (le fait de dire “astaghfiroullah“) tous les jours. Ça vous purifiera, et ouvrir des portes sur votre chemin in sha Allah. Mais surtout, tenez-vous à l’écart des tentations et des péchés pour lesquels vous vous repentez.

2. Les dou3as

Dieu étant le maître des cœurs et des destins, Lui seul peut changer le court des choses. Dans une situation où Lui seul connaît les causes réelles, et Lui seul détient la solution, il est naturel de s’adresser à Lui directement. Des dou3as qui viennent directement en complément du repentir sincère. D’ailleurs, il s’agit d’une pratique prophétique de demander pardon avant ou après l’expression de sa dou3a. Une preuve d’humilité devant le Tout-Puissant. Par exemple, Abraham (que la paix soit sur lui) a dit : « « Seigneur, fais de nous des croyants entièrement soumis à Ta volonté, et de notre postérité, un peuple également soumis à Tes lois ! Fais-nous connaître les rites que nous devons observer et accepte notre repentir, car Tu es le Miséricordieux, Tu es le Clément » Sourate 2 Al-Baqara (la vache) ; verset 128.

Pour faire des dou3as, vous pouvez procéder de deux manières. Un, exprimer ce que votre cœur désire. Faire savoir ce qu’il a perdu, et qu’il veut retrouver. Demander d’avoir mieux que ce qui lui a été enlevé. Deux, dire des dou3as connues, comme notamment une magnifique dou3a proposée dans le hadith suivant :

Le Prophète (Salalahou 3aleyhi wa salam) disait fréquemment : « Ô Toi qui fait tourner les cœurs affermit mon cœur sur Ta religion (Ya mouqallibal qouloub thabbit qalbi 3ala dinik) »
Anas Ibn Malik a demandé : « Ô Messager d’Allah, nous avons cru en toi et en ce avec quoi tu es venu. As-tu peur pour nous ? »
Le Prophète (Salalahou 3aleyhi wa salam) a dit : « Oui, certes les cœurs sont entre deux doigts parmi les doigts d’Allah (qui ne ressemble en rien à ceux de ses créatures). Il les fait tourner comme il le veut » Rapporté par Tirmidhi, d’après Anas Ibn Malik (qu’Allah les agrée).

Dans les deux cas, répétez encore et encore, car c’est une épreuve dont la durée est seulement connue de Dieu. Du coup, votre patience va être mise à l’épreuve, alors demandez jusqu’à obtention. Aussi, n’oubliez pas d’user des noms d’Allah swt dans vos dou3as. Il a des noms en réponse à chacun de nos besoins soubhana Allah.

3. La mosquée et la prière

Une baisse de foi peut mener à une sorte de dépression. Plus envie de faire grand chose, plus envie de faire des efforts de bien, plus envie de s’intéresser à l’islam. Pourtant, dans une phase comme celle-ci, le plus important est non seulement de rester actif, mais aussi de rester en contact avec Dieu. Et le meilleur lieu pour le faire est la mosquée. Ceci parce que c’est un lieu dédié à la recherche de Dieu. Un lieu où les anges sont présents, amenant pureté et lumière avec eux.

Alors si vous le pouvez, allez à la mosquée, de préférence le vendredi, pour bénéficier du prêche et de la prière en groupe. La prière du vendredi lave les croyants au sens réel et imagé. Si vous ne pouvez pas le vendredi, alors arrangez-vous pour y aller à un moment où vous pourrez bénéficier d’une prière en groupe. Sinon allez-y, priez seule, et passez du temps là-bas à faire du dhikr et des dou3as in sha Allah.

4. Le coran

« Ô hommes ! Voici venu à vous un appel de votre Seigneur, qui est à la fois un remède pour le mal qui ronge les cœurs, un guide et une miséricorde pour les fidèles » Sourate 10 Yunus (Jonas) ; verset 57.

Une baisse de foi peut amener à un éloignement du coran plus marqué. Pourtant, c’est le coran qui maintient le lien avec Allah swt. Le coran, c’est ses mots à Lui, la vérité absolue. Une source de méditation infinie, de savoir, de logique, de littérature, de philosophie, de psychologie, de beauté soubhana Allah. Si nous perdons ce lien, et si nous ne faisons pas d’effort pour rester connecté, notre foi risque de disparaître. Car le coran est insupportable aux djinns qui veulent du mal aux hommes. Ainsi, il est le protecteur de la foi.

Si vous n’avez pas encore le courage de vous remettre à la lecture, écoutez le coran. Au moins une fois par semaine. Faites en sorte d’écouter sourate Al-Baqara qui est une protection inaccessible au mal. Et le vendredi écoutez sourate Al-Kahf qui est une sunna en ce jour.

Si vous ne savez pas lire en arabe, alors lisez la traduction pour connaître le contenu du coran. Et écoutez aussi le coran, ça vous sera bénéfique également.

5. La patience

Cette épreuve va révéler si oui ou non, vous saurez patienter jusqu’à ce que Dieu vous redonne votre foi. Car elle n’est pas acquise, c’est une miséricorde de sa part. Alors, pendant ce moment où vous restez accrochée à l’idée de retrouver votre foi, faites preuve d’une belle patience. Et si parfois, vous vous sentez désespérer, n’oubliez pas qu’auprès de Dieu, une année sur terre équivaut à une minute à peine. Une information qui donne à méditer sur nous, notre patience, et la réalité des choses. Une information qui doit nous amener à relativiser, et nous montre à quel point en réalité nous sommes faibles par nature…

« Ils te demandent de hâter l’arrivée du châtiment. Mais Dieu ne manque jamais à Sa promesse. Cependant, un seul jour du Seigneur équivaut à mille ans selon votre manière de compter » Sourate 20 Al-Hajj (le pélérinage) ; verset 47.

Nous vous souhaitons que cette épreuve soit celle qui renforcera votre humilité devant Dieu. Celle qui une fois passée vous rendra davantage reconnaissant envers Dieu de vous avoir fait grâce encore une fois. Patientez, soyez constante dans le istighfar, les dou3as, le dhikr, la prière, et un jour, sans même vous en rendre compte votre foi reviendra. Petit à petit, vous retrouverez vos repères. Et ça sera un nouveau meilleur moment de vote vie in sha Allah…

Rejoignez-nous sur les réseaux !

Les dernières news !

Oh my hair ! Les trucs pour de beaux cheveux !

Oh my hair ! Les trucs pour de beaux cheveux !

S'il y a bien un problème universel chez nous les filles en dehors des boutons, du poids, de la peau, des sourcils, de la cellulite, des ongles, de l'épilation, des cernes, du teint, de la taille. Ce sont les cheveux ! Oui, on rêve toutes de beaux cheveux de...

Dans la même catégorie : 

0 commentaires

Laissez un commentaire !

Pin It on Pinterest

Share This