fbpx

Donner une bonne éducation, une responsabilité de taille !

L’un des sentiments les plus présents durant la grossesse est la responsabilité de donner une bonne éducation. Ce sentiment persiste même au-delà de l’accouchement. Car nous savons à quel point cette vie qui a été mise dans notre ventre, puis entre nos mains, est fragile et sensible. Nous savons que cet être va grandir et devenir une personne à part entière. Et savoir que nous avons une énorme influence volontaire ou non sur sa construction, est un poids énorme sur les épaules. Cette culpabilité toujours présente d’avoir peut-être mal agit. Être parent est loin d’être une tâche aisée…

« La mère est la première école. Si elle est juste, la descendance devient juste » Sheikh Ahmed An-Najmi

Le rêve d’une bonne éducation

Lors de la grossesse, notamment la première, on imagine tout ce qu’on pourra faire avec ce petit ange qui grandit en nous. On prévoit des milliers de choses faisables ou non. Ces sentiments de joie et de responsabilité nous donnent des ailes, et nous font croire qu’on pourra réaliser l’impossible. Puis, lorsque l’enfant arrive, le manque de temps et la difficulté dans laquelle on se retrouve nous plomb. On se retrouve débordée, dépassée, ne sachant pas toujours quoi faire ou comment faire. Arrivée à un certain âge, on se rend compte que ce n’était pas ce qu’on avait prévu. Que ce n’était pas ce qu’on voulait faire de nos enfants. Viennent les remords et les regrets. Si j’avais fait ci, et si j’avais plutôt agi ainsi…

Une réalité qui fait mal

De nos jours, beaucoup de parents en sont là en voyant leur enfant plus grand. Ils sont souvent surpris de ce que sont devenus leurs enfants. Et ils ne comprennent pas pourquoi, alors qu’ils pensaient avoir donné une bonne éducation malgré tout. Alors qu’ils n’avaient pas prévu tout cela. Alors que ce n’était pas ce qu’ils voulaient…

Ce n’est définitivement pas facile d’être parent. Surtout lorsqu’en plus de la difficulté d’élever, on a le sentiment d’être mauvais. De ne pas avoir réussi ce qu’il y a de plus important dans la vie d’une personne : sa progéniture. Comment faire pour ne pas en arriver là ? Comment faire pour arriver un jour à être fière en voyant ses enfants ?

La bonne éducation, un apprentissage par l’expérience

Donner une bonne éducation à son enfant n’est pas une chose d’innée. C’est quelque chose que l’on apprend très souvent ‘‘sur le tas’’. On n’a pas été formé pour être parent, comme on pourrait être formé à devenir sage-femme, professeur ou coiffeur. Alors forcément, si on ne sait pas, on fera des erreurs. Même en ayant des connaissances, il est difficile de ne jamais se tromper. En plus des « on dit » qui nous remplissent la tête, ou des « fait-ci, j’ai essayé pour mon fils, ça a marché ». Ou encore, « non, surtout pas, c’est très mauvais », on a de quoi devenir folle.

En tant que mère ou future maman, il est impératif de faire ses propres recherches sur la psychologie de l’enfant, et sur les différentes façons d’éduquer. Il est impératif de se préparer à accueillir un enfant à qui on enseignera la vie. Il est impératif de comprendre sa responsabilité envers Allah swt. En plus de rêver de l’enfant idéal, il faut chercher à savoir comment aider à construire un humain stable psychologiquement et physiquement. Car vous et votre conjoint avez non seulement la responsabilité de l’être qui vous est le plus cher ; mais vous avez aussi la responsabilité d’une créature de Dieu. On ne peut pas se permettre de rater une épreuve si lourde.

On parle très souvent de la responsabilité de l’enfant envers ses parents, mais pas assez de celle des parents envers leur progéniture. Aucun parent n’est parfait. Le but est de faire le moins d’erreurs possibles. De faire notre possible pour construire la jeunesse de demain. Cette jeunesse qui sera une valeur sûre pour un avenir meilleur. Nous avons, nous parent, entre nos mains, le futur de notre oumma. Soyons prêt pour cela !

Dans la même catégorie : 

0 commentaires

Laissez un commentaire !

Pin It on Pinterest

Share This