Convertis à l’islam, condamnés au statut de « nouveaux » ?

Publié le 3 Juin, 2015

Le nombre de convertis à l’islam en France s’accroît. En effet, depuis janvier 2015, une hausse de 20 à 30 % a été enregistrée dans les villes de Strasbourg, Aubervilliers et Lyon (selon les sources rtl.fr). L’islam est la religion qui compte le plus de convertis en France ,avec les églises chrétiennes évangélistes.

Deux types de convertis

Selon un article de l’Express, les nouveaux convertis à l’islam sont deux types : les conversions rationnelles et les conversions relationnelles. Les personnes issues d’un milieu aisé culturellement et intellectuellement se convertissent de façon rationnelle. À la suite d’une réflexion personnelle. Tandis que les personnes ayant une certaine proximité avec des musulmans vont découvrir la religion par ce biais. Ce qui débouchera sur une conversion relationnelle. Cette dernière est plus importante, bien qu’une conversion peut être aussi bien rationnelle que relationnelle.

C’est donc à travers une quête spirituelle ou par amour, et parfois même pour ces deux raisons que les nouveaux adeptes connaissent un vrai changement dans leur vie lorsqu’ils deviennent musulmans. En effet, il s’agit d’un tout autre rapport aux choses lorsque l’on est musulman. Quand certains ne voient que les interdits, d’autres découvrent qu’il s’agit simplement de principes moraux dans le but d’être meilleur.

Être « nouveau » même après 20 ans

Assia, Mohamed, Younous, ou encore Aïsha, ces prénoms islamiques peuvent aussi bien être portés par des convertis que par des musulmans de naissance. Pourtant, ces musulmans qui ont embrassés l’islam au cours de leurs vies, sont perçus comme des « nouveaux » même après 20 ans de conversion. D’autres, au contraire se voient quelque peu délaissés par la communauté une fois la chahada prononcée.

Ainsi, des associations telles que « Nouveaux Musulmans de Paris » propose une aide aux convertis. Le but est « d’offrir un service de conseil et de soutien adapté aux nouveaux musulmans. Ceci dans le but de faciliter leur épanouissement dans la religion de la miséricorde par excellence » (nouveauxmusulmansdeparis.fr)

Deux avis sur la question

Afin de répondre à cette question sur le statut des convertis, YaBanat a obtenu le témoignage de deux jeunes femmes françaises converties à l’islam. L’une depuis plusieurs années, l’autre plus récemment. Toutes deux ont souhaité rester anonymes.

La première sœur a embrassé l’islam il y a 6 ans, au cours de ses études. « Je sais qu’il s’agit d’une réalité, mais en ce qui me concerne, je n’en ai jamais fait l’expérience. Je pense que ce sont surtout les personnes que l’on fréquente qui peuvent nous faire ressentir cela. Mais al hamdulillah cela n’a jamais été mon cas. Les sœurs musulmanes de naissance que j’ai connues (qu’Allah les récompense) m’ont toujours considérée comme une musulmane et intégrée à la communauté à part entière, d’un statut équivalent au leur. De plus, de nombreux convertis sont étudiants en sciences et sont professeurs. Ils enseignent donc aux autres musulmans, de naissance ou pas ».

La deuxième sœur s’est convertie il y a 2 ans après avoir vu sa sœur devenir musulmane . « Je suis contre cette idée d’être « nouveau ». Sans me vanter, il y a des choses que mes amies musulmanes de naissance ne connaissent pas de l’islam et que moi je connais. Certaines musulmanes ont même peur que je leur vole leur mari (de par le fait d’être convertie). Pour moi, être musulman, c’est être musulman que tu le sois depuis ta naissance, ou depuis trois minutes »

Un statut subjectif

L’idée de « nouveau » en islam est surtout utilisée par les musulmans de naissance. Les musulmans convertis ne se sentent absolument pas nouveaux à mesure de leur avancée dans l’islam. Ainsi, la manière dont on perçoit la conversion divergera forcément selon l’expérience vécue et le point de vue sur la question.

Il est également à noter que la grande majorité des compagnons du Prophète saws étaient des convertis à l’islam. Est-ce que cela fait d’eux des nouveaux dans la religion ? L’islam étant une science, tous musulmans est inévitablement nouveaux. Il y a toujours quelques choses à apprendre. Il s’agit donc d’être humble, et de considérer que la question n’est pas le statut de nouveau ou non. Mais bien la sincérité dans sa pratique. C’est d’ailleurs la seule chose qui distingue un musulman d’un autre musulman comme nous l’a enseigne le Prophète saws :

D’après Jabir ibn Abdillah (qu’Allah l’agrée), le Prophète (salalahou 3aleyhi wa salam) a dit :

« Ô vous les gens ! Certes votre Seigneur est unique ,et certes votre père est unique. Il n’y a pas de mérite pour un Arabe sur un non-Arabe. Ni pour un non-Arabe sur un Arabe. Ni du rouge sur le noir, ni du noir sur le rouge si ce n’est par la taqwa. Certes celui d’entre vous qui est le plus noble auprès d’Allah est celui qui a le plus de taqwa.

Ais-je transmis ? ».
Ils ont répondu : Certes ô Messager d’Allah.
Le Prophète (salalahou 3aleyhi wa salam) a dit :

« Que celui qui est présent transmette à celui qui est absent »
Rapporté par Al-Bayhaqi

Ainsi musulmans de naissance ou convertis, nous sommes tous nouveaux en islam. Tous deux sont dans une quête perpetuelle d’amélioration de soi, et sont égaux devant Dieu si n’est par les actions …

Dans la même catégorie : 

0 commentaires

Laissez un commentaire !

Pin It on Pinterest

Share This