Convertis : le ramadan de la solitude

Par Ickpale Khalifeh

Publié le 19 juin 2015
Rubrique : Ramadan | Savoir-vivre

Allahouma balighna ramadan ! « Oh Allah fait nous parvenir jusqu’au ramadan ! ». Nous y sommes enfin, ce mois sacré tant attendu ! Un mois qui peut absoudre tous nos péchés, nous faire prendre de nouvelles résolutions.

Nous avons pour la plupart la chance de vivre ce moment au grand jour, sans nous soucier du regard de notre entourage. Malheureusement pour certains musulmans, ce mois est synonyme de solitude et de peur. Un sujet de plus en plus médiatisé par les médias musulmans. Mais la solution tarde à venir de notre part. Aller vers l’autre et ouvrir nos portes est décidément l’une de nos faiblesses.

“J’aimerais que la Oumma soit solidaire. En particulier pendant cette période. Qu’elle fasse partager aux convertis comme moi, un moment de leur ramadan, un repas, pour briser la solitude qu’éprouvent les petits nouveaux dans mon cas. Le partage demeure une valeur essentielle dans notre religion, surtout pendant ce mois sacré.”

Brisons le tabou !

La conversion est un réel cadeau de notre Seigneur. Il décide par sa Grâce de guider une personne, et de lui octroyer un chemin éclairé vers le paradis. Alors comment se fait-il que nous soyons si peu ouverts à ces convertis ? Il y a des préjugés, ou peut être un peu de jalousie, car ils paraissent plus impliqués dans la religion que nous le sommes. Les facteurs de leur isolement par notre faute sont multiples et variés. Il y a aussi du côté des convertis des raisons multiples de leur isolement volontaire, comme par exemple : un problème au sein de leur famille. Des convertis qui vivent encore dans le secret en attendant de franchir le pas au grand jour.

Il serait 4 000 à se convertir par an en France, voire plus en 2015 après les attentats de Charlie Hebdo, un miracle ! Des pages Facebook, des groupes sur les réseaux sociaux permettent aujourd’hui à ces convertis de trouver du soutien et une famille de substitution. Cependant, le mois de ramadan est un mois particulier qui fait ressentir plus d’isolement pour certaines personnes.

L’écran de l’ordinateur ou du smartphone ne remplacera jamais la chaleur fraternelle de notre communauté. Le matin, ils se lèvent seuls. Le soir, ils rompent le jeûne seuls. Et pour la prière, ils ne savent pas forcément comment s’y rendre et s’y préparer si c’est leur premier ramadan. À nous d’ouvrir notre porte, de nous renseigner sur les jeunes convertis de notre ville, et de les inviter le plus possible. Plus il y a de monde autour d’une table, ou d’un acte d’adoration, et plus il y a de baraka !

convertis ramadan isolation fraternité communauté mosquée

Témoignages

Des difficultés avec la famille, des moments de tristesse et de solitude pour certains. Mais aussi des moments de fraternité et de soutien pour d’autres. Trois témoignages, de deux sœurs et un jeune frère, tous convertis, qui reviennent sur leur premier ramadan et leur situation au sein de leur famille. Pour rester anonyme ou discret, ils ont préféré donner seulement leur prénom.

Comment s’est passée ta conversion ? Et dans quel climat familial ?

Théo : ma conversion, qui date maintenant de 3 ans, a été difficile pour ma mère et surtout pour mon père. Aujourd’hui, ma mère me soutient malgré quelques réticences. Mon père l’a su que très tard, et sa réaction a été terrible ! Sa rancœur se calme au fil du temps, mais je crains une rechute à l’occasion de ce ramadan. Et les médias n’aident pas mon père à se calmer complètement, au contraire !

Lina : j’ai compris que l’islam était la religion de la vérité à l’âge de 12 ans. Mais j’ai attendu d’être plus mûre pour me convertir, car je savais que cela allait poser un problème à ma famille ! J’étais seule pour ma conversion, sans que ma famille ne soit au courant. Pour moi, la foi est dans la sphère de l’intime, du “jardin secret”. Je n’ai pas à me justifier auprès de quiconque.

Fanny : je me suis convertie seule chez moi. J’avais peur d’aller à la mosquée et peur qu’on m’y voit !

Comment as-tu préparé ton premier ramadan ? Dans quel état d’esprit étais-tu ?

Théo : lors de mon premier ramadan, je savais que j’allais cacher mon jeûne. C’était, pour ainsi dire, assez facile, car ma famille n’a plus l’habitude de manger ensemble. Je recherchais des idées pour pouvoir manger la nuit sans éveiller les soupçons de ma famille, et surtout de mon père. Je mettais de la nourriture de côté, dans ma chambre, pour pouvoir rompre le jeune tranquillement et manger avant le Fajr. J’avoue avoir eu une vraie crainte à l’approche du premier ramadan.

Lina : je m’étais “entraînée au ramadan” (au jeûne) avant de me convertir, en jeûnant avec mes amies musulmanes. Étant toute la journée dehors avec les études, j’ai pu faire passer cela sans trop de problèmes grâce à quelques subterfuges. Ni vu, ni connu. Je n’avais pas d’appréhension, mais une frustration de ne pas pouvoir rompre le jeûne au sein d’une famille musulmane. J’aurais aimé pouvoir partager cela avec mes proches, ou mes amies, mais personne ne me l’a jamais proposé !

Fanny : j’ai tout fait en secret en cachant ma nourriture au fond du frigo ! J’appréhendais énormément surtout le midi à l’heure du repas où je devais trouver des excuses pour ne pas manger avec ma mère.

Au final, comment se sont passées tes journées de jeûne ?

Théo : mes journées de jeûne étaient assez difficiles au début. Surtout que j’ai commencé mes premiers ramadan en été, et que je n’avais auparavant jamais jeûné. J’étais heureux de pouvoir enfin manger le soir et aller rejoindre des amis au tarawih. De temps en temps, je rompais le jeûne avec mes amis.

Lina : j’ai jeûné à l’écart, et je rompais avec un repas très léger et normal, comme si c’était un jour lambda.

Fanny : c’était très difficile, mais al hamdulillah je m’en suis sortie avec quelques jours à rattraper. Ma mère a vite compris que je jeûnais et m’a forcé à manger les derniers jours. La plupart du temps, j’étais dehors, ou à la mosquée pour échapper à ma mère !

Que t’ont apporté tes premiers ramadan d’un point de vue spirituel ?

Théo : mes premiers ramadan m’ont permis d’avoir une pratique plus poussée de l’islam que le reste de l’année. Le ramadan est une vraie pause pour se purifier, s’engager à améliorer sa pratique religieuse pour le reste de l’année. Et surtout se sentir pleinement en adoration avec Allah pendant les tarawih, et les nuits de prière des 10 derniers jours.

Lina : mes premiers “ramadan” m’ont donné la sensation de me rapprocher de Dieu et m’ont donné une force : celle de faire face aux épreuves que rencontre une convertie qui vit chez sa famille non-musulmane. J’avais aussi l’impression d’appartenir à une “communauté” : la communauté musulmane, rien qu’à l’idée que nous partagions les mêmes obligations, aux mêmes moments. Bien que chacun reste dans son coin au final.

Fanny : c’est lors de mes premiers ramadan que j’ai appris le plus de choses sur l’islam, et j’étais beaucoup plus apaisée par la suite.

Qu’attends-tu à l’avenir de la part de la Oumma pendant ce mois spécial ?

Théo : une plus grande solidarité entre musulmans, et envers les convertis durant le mois de ramadan !

Lina : j’aimerais que l’Oumma soit solidaire, en particulier pendant cette période. Qu’elle fasse partager aux convertis comme moi, un moment de leur ramadan, un repas, pour briser la solitude qu’éprouvent les petits nouveaux dans mon cas. Le partage demeure une valeur essentielle dans notre religion, surtout pendant ce mois sacré.

Fanny : qu’elle me fasse avancer dans l’islam ! Allah m’a permis d’avoir des amies musulmanes qui m’ont soutenue durant ce mois, en m’invitant le plus possible chez elles !

Remercions Allah swt pour cette bénédiction que d’être née au sein d’une famille musulmane. Profitons de ce mois pour nous rapprocher les uns des autres, et ouvrir nos portes à nos frères et nos sœurs. Trop peu sont reconnaissants pour ce cadeau qu’est la Oumma qui est devenue une idée banale.

Ce n’est pas une banalité, c’est un miracle de chaque instant. Dieu nous a choisi un environnement propice aux bonnes actions et à l’adoration. Remercions Allah swt d’être du nombre de ses serviteurs, et soyons un exemple pour l’humanité dans notre comportement. Ce mois de ramadan montrons au monde notre visage accueillant !

Taqaballah siyamakoum ! (« Que Dieu accepte votre jeûne ! »).

Rejoignez-nous sur les réseaux !

Les dernières news !

Oh my hair ! Les trucs pour de beaux cheveux !

Oh my hair ! Les trucs pour de beaux cheveux !

S'il y a bien un problème universel chez nous les filles en dehors des boutons, du poids, de la peau, des sourcils, de la cellulite, des ongles, de l'épilation, des cernes, du teint, de la taille. Ce sont les cheveux ! Oui, on rêve toutes de beaux cheveux de...

Dans la même catégorie : 

0 commentaires

Laissez un commentaire !

Pin It on Pinterest

Share This