Manque d’éducation, manque de savoir-vivre, manque d’honnêteté, manque de pudeur… Voilà les femmes que vous représentez.

J’aimerais que l’on réfléchisse ensemble à votre existence, ou plutôt au sens de votre existence. Il paraît que vous défendez mes droits. Oui, je suis une femme. Jusque-là rien de dérangeant. Et puis, pourquoi pas, la femme a besoin d’être défendue. Mais, il y a quand même quelques petites choses que je ne comprends pas.

Vous êtes intervenues, sans y être conviées, au cours d’un salon dédié à la femme musulmane. Arrêtons-nous là pour le moment. Si un salon, en l’honneur de la femme musulmane est organisé, n’est-ce pas une preuve de valorisation de la femme ? De plus, ce salon était le rendez-vous des femmes, certes ; mais des femmes qui sont mères, qui travaillent, qui ont leur propre entreprise, qui sont instruites. Des femmes libres. En clair, des femmes qui visiblement n’ont pas besoin de vous, puisqu’elles ne vous ont pas attendu pour bâtir leur vie et faire valoir leurs droits.

Avançons un peu, serait-il logique qu’au cours d’un salon en l’honneur de la femme, on y parle de comment la violenter dans son couple, alors que c’est sa valeur et son statut qui sont mis en avant dans ce salon ? Rassurez nous, ils ne vendaient pas de martinets, ou tout autre outil de maltraitance ?

Et puis, voilà que vous apparaissez à demi nues, aux yeux de tous, enfants y compris, interrompant le discours en cours sur le respect et l’amour que le mari doit témoigner à sa femme. Pardonnez mon incompréhension, mais quel est l’intérêt de cet acte ?

Concrètement, et je le répète, quel est l’intérêt de votre action ? Si vous ne voulez pas vous “soumettre”, en quoi cela nous regarde ? Quelqu’un vous a-t-il imposé de le faire ? Vomissez donc ailleurs, ces déchets qui ornent votre image. Cela nous aurait épargné la vue de votre corps habillé d’une ignorance affligeante.

Mais vous n’avez pas froid aux yeux vous. Non seulement, vous vous invitez dans l’intention évidente de salir l’événement, mais en plus, vous mentez. Qui soit dit en passant, n’est pas une nouveauté de votre part, ni de celles et ceux qui vous soutiennent. Vous comprendrez qu’il n’est pas utile de rebondir sur vos propos mensongers, puisque vos partisans s’en sont déjà occupés.

Ne vous êtes-vous pas dit, qu’il y avait plus d’un témoin de la scène ? Ne vous êtes-vous pas dit, que des personnes filmaient avant votre intervention ? Mais vous êtes vicieuses, car vous savez que la majorité des médias se nourriront de votre exhibition, jouant ainsi la force du nombre contre la vérité et les preuves accablantes.

FEMEN, j’ai des questions à vous poser. Vous dites vouloir “faire entendre un cri de liberté dans ce marché aux esclaves”. Si, nous, femmes musulmanes, sommes des esclaves, alors comment pouvez-vous expliquer que j’ai choisi l’islam pour ma vie, que j’ai également choisi de porter le voile, que j’ai également choisi ce mode de vie que j’aime plus que tout ? Comment expliquez-vous également que parmi les nombreux convertis que compte la religion islamique, nombreuses sont les femmes ?

Comment ? Auraient-elles abandonné leur statut de femmes libres pour devenir des femmes esclaves qui acceptent le viol et les violences conjugales ? Réveillez-vous FEMEN, les esclaves, c’est bien vous, les soumises aussi. Peut-être pourriez-vous le comprendre.

FEMEN, je choisis qui m’approche, je choisis qui me regarde, je choisis ce qui est mieux pour ma vie et ma personne. FEMEN, je mène un combat contre une société que vous montez contre moi, m’empêchant ainsi de vivre et d’être libre de mes choix.

De quoi voulez-vous me libérer ? Dites-moi. Je ne vous ai aucunement demandé votre aide, ni moi ni une autre. Pourquoi m’imposez-vous votre présence dans ma vie ? Ne voyez-vous pas que c’est vous qui “oppressez les femmes” par votre comportement ? Ne voyez-vous pas que c’est vous qui rabaissez la femme par votre ignorance ? Ne voyez-vous pas que la femme objet c’est vous ? Utilisées et reluquées de tous. De nous deux, qui est la plus soumise ? Je me répète, réveillez-vous FEMEN, les esclaves, c’est bien vous. Peut-être pourriez-vous le comprendre…

Laissez un commentaire !