Voilà près de trois semaines qu’un feu s’est déclaré dans la splendide forêt amazonienne. Foyer de milliers d’êtres humains, et d’une biodiversité riche et rare. Aujourd’hui, l’Amazonie est en feux, et ne restera peut-être plus qu’un lointain souvenir…

La forêt amazonienne part en fumée

Voilà près de trois semaines que la forêt amazonienne est littéralement en feu. Un incendie qui s’est mystérieusement déclenché, puis s’est propagé à une vitesse folle. Et ce, dans le silence le plus complet. Les médias n’en n’ont pas parlé, jusqu’à ce que finalement le feu devienne impossible à manquer et que des témoignages d’autochtones remontent à la surface. En effet, il semblerait qu’après des années de combats judiciaires, ils aient finalement pu obtenir le droit de garder leurs terres sans qu’elles ne puissent être exploitées. Sauf qu’un feu s’est mystérieusement déclenché, et aujourd’hui les autochtones sont forcés de migrer au moins le temps de l’incendie, pour ensuite peut-être retrouver une terre calcinée. Car comme ils l’ont dit, ils n’abandonneront pas leurs terres.

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par RT en Español (@actualidadrt) le

Traduction : “Regardez ce qu’ils ont fait à notre réserve naturelle ! ça fait deux ans que nous nous battons pour la préserver, et maintenant ces fouteurs de trouble viennent et mettent le feu à notre village. Comme si ce n’était pas suffisant pour Vale de venir détruire nos rivières, détruire nos ressources vitales, et maintenant mettre le feu à notre réserve ! Nous ne resterons pas silencieux. Demain nous bloquerons la route, et nous voulons que les médias locaux nous viennent en aide”.

Du côté du gouvernement brésilien, le président a de son côté annoncé que le Brésil ne possédait pas les ressources nécessaires pour éteindre le feu. Disant qu’il dispose seulement de 40 pompiers. Il suspecte également “les Indiens” et les ONG d’être responsable de ce désastre. Une réaction d’autant plus frustrante pour les autochtones et l’opinion publique qui le tient responsable de cette catastrophe du fait des activités industrielles, et des pratiques illégales entreprises dans la forêt amazonienne sous son accord. 

Après trois semaines d’incendie, au Brésil il fait actuellement nuit le jour. En effet, un épais nuage de fumée noire couvre le ciel, empêchant la lumière solaire de passer. Et quand il pleut, la pluie est noire : The Black Rain.

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par RT en Español (@actualidadrt) le

Comme un air de colonialisme des premiers temps

 
 
 
 
 
Voir cette publication sur Instagram
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Une publication partagée par RT en Español (@actualidadrt) le

Traduction : “Nous ne céderons pas l’Amazonie ! Nous ne céderons pas nos terres ! Nous allons lutter ! Des exploitations minières illégales envahissent nos terres, des camions pour le bois envahissent nos terres. Les évangélistes viennent sur nos terres pour diviser notre peuple, et effacer notre culture. Et maintenant ils veulent nous prendre nos âmes. Nos âmes ! Ils débarquent au nom de l’amour de Dieu, mais ils viennent pour nos terres, les terres de l’Amazonie. Ils disent que l’homme Indien est un incapable. Qu’il est un animal. Nous ne sommes pas des animaux. Les animaux sont ceux qui  violent nos droits. Ces droits qui nous sont garantis. Et je veux dire à Bolsonaro, et à vous tous (ici présents) : respectez nos vies, respectez notre territoire, respectez nos droits, respectez nos ancêtres. Nous avons résisté 519 ans. Nous sommes ici pour lutter, et nous allons continuer de lutter”.

En écoutant ce témoignage qui date d’avril 2019 d’Alessandra Munduruku, chef indigène Amazone, on ne peut s’empêcher de penser au début du colonialisme par l’empire britannique. Ils sont venus pour imposer par la force la religion chrétienne à des peuples « sauvages » de manière à les civiliser. Puis ils ont fermé les yeux, les colons avaient leurs terres, et eux avaient la bible. Il ne s’agit aucunement de s’attaquer à la religion chrétienne puisqu’il s’agit d’une religion révélée par Dieu, et que les musulmans croient au message du Prophète chrétien qui est Jésus (que la paix soit sur lui). Il s’agit de démontrer l’utilisation que les chrétiens ont fait de leur religion en la modifiant, et en l’utilisant à des fins contraires à la religion chrétienne d’origine. Une utilisation qui avec le temps a pris d’autres couleurs, diluant toujours plus le vrai message chrétien au point d’en faire un concept contradictoire en plusieurs points.

Mais là n’est pas la question, ce témoignage nous rappelle ces temps-là, car quand les colons britanniques sont arrivés en Amérique où ils ont commis un massacre surréaliste pour occuper les terres. Des millions de personnes ont perdu la vie. Et cette haine envers les autochtones transmis dans le discours colonialiste persiste jusqu’à nos jours aux Etats-Unis. Les indigènes sont les premières victimes du racisme, après les Noirs américains. Étonnant, n’est-ce pas ? Et comme le dit cette femme dans son intervention officielle et politique : « Les évangélistes viennent sur nos terres pour diviser notre peuple, et effacer notre culture ». Un objectif tristement connu de nos jours par les peuples oppressés par ces mêmes oppresseurs… Aujourd’hui, il s’agit d’un colonialisme qui a pris des couleurs plus modernes et démagogiques.

Ainsi, en y pensant bien, nous pouvons faire un parallèle avec ce qui a bien pu se passer à l’époque, puisque qu’aujourd’hui nous en avons un aperçu. Des peuples qui se sont battus pour faire entendre leurs voix et leurs droits, mais qui ont fait face à des forces armées possédant aucun respect pour l’être humain différent de lui… Pendant ce temps, l’humanité est en feu et à sang !

Laissez un commentaire !