La religion chrétienne considère les excès alimentaires, plus joliment appelés “gourmandise”, comme étant l’un des septs péchés capitaux. En effet, elle s’oppose à une vertu importante de la spiritualité qui est l’abstinence et/ou la retenue. 

Nous sommes ce que nous mangeons

Cette phrase doit être méditée. L’alimentation impacte beaucoup plus d’aspects que les kilos que l’on peut prendre si on ne maîtrise pas ses envies. Une mauvaise alimentation, c’est non seulement manger trop (sucré, salé et gras). C’est aussi manger mal (de façon désordonnée). Et c’est aussi la sous-alimentation excessive (carences). Ces trois façons de consommer affaiblissent le corps et nourrissent un système de maladies qui devient de plus en plus complexe si on ne change pas rapidement ses habitudes.

Plutôt que de lister le nom des maladies comme il est d’usage de le faire, listons les effets. Les excès alimentaires vont dans un premier temps déformer le corps, puis lui faire perdre sa souplesse naturelle. Ils vont abîmer les articulations, puis vont impacter l’estime de soi, tuer le cœur, puis la foi.

Ils vont aussi s’attaquer au métabolisme. Ces excès vont boucher les artères, vont affaiblir le cœur, empoisonner le sang, épuiser le système digestif et les organes d’élimination, et s’attaquer aux tissus internes. Tout cela va bien sûr se voir sur la peau. Puis le cycle va recommencer en s’empirant, et en développant d’autres conséquences jusqu’à ce que ces excès alimentaires abandonnent son propriétaire à une triste fin.

En clair, le pire cancer est une alimentation malsaine. Elle est la mère d’un grand nombre de maladies physiques et psychologiques qui ne devraient pas figurer dans les pages qui composent la vie d’un musulman. L’être musulman mange par nécessité vitale, et non par envie. Ceci parce qu’il respecte ce que Allah swt lui a prêté pour vivre sainement. Le corps est un dépôt. Comme le Prophète saws l’a dit : « […] et ton corps a un droit sur toi […] » Rapporté par Al-Bukhari. Son droit doit être respecté, car viendra un jour où il plaindra pour nous ou contre nous.

Le Prophète saws a dit : « Nous sommes un peuple qui ne mange que lorsqu’il a faim. Et lorsque nous mangeons, nous ne le faisons jamais à satiété » rapporté par Abu Houreyra.

Que dit l’islam des excès alimentaires ?

Allah swt dit dans sourate 7 Les murailles ; verset 31 : « […] Mangez et buvez en évitant tout excès ! Dieu n’aime pas les outranciers ». On comprend facilement que la gourmandise, qui consiste à manger alors que nous n’avons plus faim, n’est pas une vertue. D’ailleurs sur ce point, l’islam va encore plus loin faisant des conséquences de la gourmandise un critère de jugement.

Le Prophète saws a dit : « […] Ils témoignent sans en être dignes, ils trahissent et nul ne peut leur faire confiance, et l’obésité fait son apparition chez eux » rapporté par Al-Bukhari et Muslim. D’après ce hadith, on comprend que non seulement les effets de l’excès alimentaire sont un signe de déclin, mais qu’ils sont également une barrière empêchant le développement du cœur et de la spiritualité. En clair, la gourmandise tue le cœur, les valeurs et les principes. 

D’abord par la fainéantise dans laquelle il plonge l’être humain. Il va être détourné et éloigné des actes d’adoration. Ensuite, les excès alimentaires effacent toute notion de besoins pour les transformer en dus. Par extension, cela signifie que si aucune retenue n’est appliquée au niveau alimentaire, aucune ne le sera dans d’autres aspects de la foi. C’est pourquoi ces personnes “obèses” ne sont pas dignes de confiance. Pour être du nombre des véridiques cela signifie que la personne a non seulement la capacité de faire preuve de retenue face à ses désirs. Mais en plus, elle a conscience de Dieu, faisant d’elle une personne digne de confiance. De ce fait, la manière de s’alimenter, et le corps pour preuve, sont un moyen de se mesurer sa propre foi. Prenons-nous soin de notre corps ? Donne-t-il l’image d’une personne qui a la foi ?

Savoir se maîtriser pour savoir manger

Tout ce qui est interdit en islam ne l’est pas par hasard. Allah swt a ordonné ce qu’il y a de meilleur pour nous, de façon à ce que nous restions en bonne santé physique et psychologique pour apprécier cette vie.

Les nombreuses tentations sont là seulement pour renforcer notre foi. Nous n’avons pas été créé pour vivre dans le confort et les plaisirs au sens humain. Nous avons été créés dans le but de prouver notre force à travers des contraintes. Ne l’oublions pas : « Inna lillah w ina ilayhi raji3oun » (« Nous appartenons à Dieu, et c’est vers Lui que nous reviendrons »).

C’est donc une attitude humble que chaque musulman doit adopter face à la vie. Ceci commence par son alimentation, car elle demande une grande discipline. Lorsque le musulman est capable de faire preuve de contrôle sur cet aspect, il est en mesure de contrôler des aspects beaucoup plus difficiles. D’autant plus que faire preuve d’humilité dans son alimentation, permet de garder un sens des réalités sur le monde qui nous entoure. Manger sans excès permet de comprendre que non seulement d’autres n’ont rien ; mais que cet autre pourrait être nous. Comment vivre la famine après les excès alimentaires si ce n’est dans les lamentations ?

Le pouvoir du jeûne

Malheureusement, pour beaucoup d’entre nous, le jeûne existe seulement pendant le ramadan. Et qui plus est presque une corvée pour ceux qui n’en saisissent pas les bienfaits qui en découlent. Pourtant, le jeûne est une protection à de nombreux niveaux s’il est fait avec la ferme intention de se protéger.

L’aspect le plus remarquable du jeûne est bien entendu la privation alimentaire. D’ailleurs, n’avez-vous jamais remarqué, qu’il est plus simple de dompter sa faim pour Allah swt, plutôt que pour soi-même ? À méditer !

Hormis une protection contre la surcharge alimentaire, il est une protection contre une multitude d’excès. Il nous oblige à contrôler nos passions et nos désirs. Alors naturellement, s’il est pratiqué avec la ferme intention de dompter son âme, une réflexion s’installe sur les conséquences physiques et psychologiques de nos excès. Des conséquences qui peuvent être visibles à l’œil nu. Ou bien qui peuvent être beaucoup plus sournoises.

Le jeûne est la nourriture du croyant. Il alimente l’âme et enrichit son compte auprès d’Allah swt. Le jeûne est l’une des clés de la maîtrise de soi, car en état de jeûne sincère et transparent, le croyant doit être meilleur envers lui-même et les autres. Il est par conséquent meilleur envers Allah swt. Chaque effort pour contrôler ses passions est récompensé par une stabilité supplémentaire de l’âme. En d’autres termes, une foi et une spiritualité qui augmente à mesure des efforts entrepris.

Comme le quatrième calife, Ali (radia Allahou 3anhou) a dit : « Si Allah veut que son serviteur atteigne la piété, il lui inspire l’économie dans la parole, dans l’alimentation et dans le sommeil ». Le manque mène indéniablement à la réflexion, et donc à une spiritualité plus forte. Ainsi, les habitudes alimentaires sont un bon moyen de mesurer sa propre foi…

Laissez un commentaire !