Magazine lifestyle et spiritualité des femmes musulmanes !

Mohammed Chirani, mais qu’est-ce que vous racontez ?

Par Ayah

Le 17 avril 2016

Rubrique Actualité

Mohammed Chirani, nous, femmes musulmanes portant le foulard, en avons assez du combat que l’on doit mener contre une société bornée, qui ne veut pas comprendre qu’on a le droit de porter le hijab. 

Comme tout le monde, vous avez été témoin, ces dernières semaines, de la tornade que l’on subit encore une fois. Pendant que le CCIF, notamment avec l’intervention de Muhammad Marwan sur la chaîne LCI, et d’autres tentent de faire entendre raison aux politiques et au peuple en montrant que le débat relève du ridicule ; vous le faites reculer. Comme nous n’avons pas besoin d’une catastrophe supplémentaire qui porte votre nom, nous avons décidé de décortiquer vos propos de façon très succincte.

1. Le fameux verset

“[59] Ô Prophète ! Dis à tes épouses, à tes filles et aux femmes des croyants de ramener un pan de leurs voiles sur elles. C’est le meilleur moyen pour elles de se faire connaître et d’éviter ainsi d’être offensées. Dieu est plein d’indulgence et de compassion.” Sourate 33 Al-Ahzab.

Ici se posent plusieurs questions. La 1ère étant que le coran a été révélé il y a 14 siècles. Des millions de personnes l’ont appris par cœur, étudié, analysé, réfléchi, médité, traduit, transmis…. Vous, vous débarquez 14 siècles plus tard avec la bonne interprétation ? Vous sous-entendez donc que toute la lignée de savants avant vous, qui n’êtes pas un savant, se sont trompés. Qui plus est, une lignée de savants qui ont une très bonne maîtrise de la langue arabe.

2ème point, le verset est explicite. Et surtout, il y a consensus sur l’obligation du port du foulard pour la femme. Nous vous invitons à visionner cette courte vidéo de Cheikh Al-Qaradawi qui est président de l’union internationale des savants musulmans, ainsi que du Conseil européen pour la recherche et la fatwa. Il y évoque un autre verset à ce sujet. Peut-être est-il faux lui aussi !

2. Les femmes de l’époque, avant même l’islam portaient déjà le foulard

Quand l’islam est venu, Dieu a précisé des règles dans plusieurs domaines établies par la société, dont le port du foulard. Les femmes de l’époque se sont empressées de respecter cette obligation dès qu’elles en ont eu connaissance. Le foulard comme demandé en islam a permis de distinguer les femmes musulmanes, de celles aux mœurs plus légères. Raison pour laquelle, Allah swt dit aux femmes croyantes de rabattre leur foulard sur elles-mêmes pour ne pas être offensées par des propos déplacés. C’est donc un signe de protection contre le manque de savoir-vivre de l’homme non-croyant. Les campagnes contre le harcèlement sexuel que la France mène est d’ailleurs la preuve de cette réalité. Lisez donc cet article de Havre de Savoir au sujet du foulard.

3. Question de facilité ?

Vous proposez aux femmes voilées de retirer leur foulard pour pouvoir être en sécurité, s’insérer dans la société…. Mohammed Chirani, vous dites avoir repris des études d’islamologie. Vous n’avez visiblement pas appris que la toute première génération de musulmans ont littéralement été torturé du fait de leur foi. Que leur auriez-vous proposé ? Abandonner leur foi pour ne pas souffrir ?

Dieu merci, leur foi était beaucoup plus forte que ça. Ils se sont tous sacrifiés dans l’espoir de la rémission de leurs péchés et d’atteindre l’ultime victoire. Raison pour laquelle le Prophète saws a dit de cette première génération et des deux qui ont suivi, qu’elles sont les meilleures. Leur foi en Allah swt et au Prophète saws était sans faille. Et surtout, ils ne discutaient pas les injonctions.

4. Un choix respecté ?

Vous dites : “… Elles mettent le voile parce qu’elles sont convaincues en leur for intérieur d’obéir à une injonction divine et je respecte ce choix…”. Mohammed Chirani, vous êtes sûr de respecter ce choix ? En causant tout ce tort ? Quand le Prophète saws respectait les autres et leurs choix, notamment par le biais d’un traité instaurant la liberté de culte, les non-musulmans étaient libres. Ils vivaient en paix avec les musulmans. Ils n’ont rien eu à subir.

5. Témoignage d’une femme portant le foulard

“Je ne suis pas d’un naturel à exposer ma vie, mais cette fois, je vais le faire. Je m’étais inscrite pour un master, et avec l’effet post-Charlie, tout le monde m’avait dit de retirer mon foulard pour aller à l’entretien de sélection. Mais je n’ai rien voulu entendre, car je veux qu’on m’accepte comme je suis.

Lors de l’entretien, le responsable du master m’a dit : “Si vous êtes prise, allez-vous retirer votre voile ?”. Je lui ai répondu : “Non”. Sans surprise, j’ai été refusée sans avoir jamais reçu une raison concrète à ce refus. Ce jour-là, en sortant de l’entretien, ma pensée a été celle-ci : “El hamdulillah w el shoukrou lillah (La reconnaissance et les louanges reviennent à Dieu). J’y suis allée avec ma dignité, et je suis ressortie avec ma dignité”.

Aujourd’hui, je suis non seulement inscrite dans un master qui est beaucoup mieux, mais en plus je fais des études de sciences islamiques. Tout ceci pour vous dire que pour rien au monde je retirerai mon hijab in sha Allah. Alors pour mes sœurs qui portent le hijab, j’aimerai vous faire part de ce verset : “Ô vous qui croyez, armez-vous de patience. Rivalisez de constance. Soyez vigilants et craignez Dieu, si vous désirez atteindre le bonheur” Sourate 3 Al-3imran : verset 200.

6. Pour vous Mohammed Chirani, des versets à réfléchir

[8] D’aucuns parmi les hommes disent : “Nous croyons en Dieu et au Jour dernier”, alors qu’ils ne sont pas croyants. [9] Ils cherchent seulement à tromper Dieu et les véritables croyants, mais en réalité ils ne trompent qu’eux-mêmes, sans en avoir conscience. [10] Ces gens-là ont le cœur rongé par un mal profond que Dieu laisse s’aggraver. De même qu’un châtiment douloureux leur sera infligé pour prix de leur mensonge, [11] car lorsqu’on leur dit : “Ne faites pas de mal sur la Terre”, ils répliquent : “Nous ne sommes que des réformateurs” [12] Qu’y faire ? Ce sont des êtres malfaisants, mais ils n’en ont pas conscience” Sourate 2 Al-Baqara.