Voici une liste non-exhaustive de ces choses qui montrent à quel point être une femme musulmane en France est génial. Le statut de madame tout le monde est un rêve inaccessible.

1.

Quand ton voile est apparemment un signe ostentatoire, représentant l’asservissement de la femme à une idéologie ultra-rigoriste, pour la soustraire de la société et des hommes. En plus, d’un air le plus navré qui soit, on a envie de dire : “C’est un bout de tissu ! Et mieux encore, je fais ce que je veux !”.

2.

Quand on veut faire croire à tout le monde qu’une femme musulmane est une femme soumise. Certainement l’une des choses les plus drôles que les femmes musulmanes peuvent entendre. Les seules libertés que nous n’avons pas sont celles dont le gouvernement veut nous priver.

3.

Quand la parole t’est confisquée, et que de toute façon en France, on ne cherche jamais à avoir ton avis ou presque. C’est vrai quoi, ça serait bien dommage que les prétendues femmes asservies s’expriment prouvant ainsi leur existence et leur pouvoir.

4.

Quand le gouvernement veut t’expliquer comment tu dois t’habiller. Et qu’il insiste vraiment pour devenir ton styliste personnel sous motif qu’il veut défendre tes droits : “Mais oui, ma chééééérrrrrrriiiiie, t’es suuubliiiaaaaame”. Et alors, ça vous regarde ?

5.

Quand tu découvres que cet été, la France a investi dans une fashion police prête à déshabiller les femmes musulmanes sur les plages. Bientôt, une femme en prison dira à sa codétenue qui lui demandera pourquoi elle est là : “Ben écoute, je suis une vraie dure moi, je porte le hijab“.

6.

Quand c’est la presse internationale qui s’empare de la polémique du burkini, faisant pleurer leurs encres sur la notion de liberté et de laïcité inexistante en France. Alors qu’en France, tu es encore et toujours considérée comme l’ennemi public n°1. Et ce, au nom de la laïcité, bien-entendu !

7.

Quand, au regard de la situation en France, le New York Times décide de te donner la parole suite à la polémique du burkini, et écrit un article pour l’exposer mettant à jour le mal-être des femmes musulmanes de France.

8.

Quand Manuel Valls, plutôt que de considérer l’article à sa juste valeur, ne trouve rien de mieux à faire que d’y répondre par le biais d’un autre journal, le Huffington Post. D’après lui, nous sommes qu’une minorité, il ne faut donc pas considérer notre parole qui ternit l’image idyllique et imaginaire qu’il a de la France.

9.

Quand de nouveau, c’est la consternation qui gagne notre cœur face à cette mauvaise foi évidente qui consiste à étouffer notre parole dans le but évident de nous faire disparaître du paysage social et citoyen. En France, la femme musulmane est un mythe. Tout le monde en parle, mais personne ne la connaît.

10.

Quand, à coup de ras-le-bol et crise de fou rire, on se dit que finalement c’est peut-être le moment de quitter ce pays qui ne veut pas comprendre. Ailleurs, on sera jugée pour ce qu’on vaut réellement, et non sur ce bout de tissu qui fascine tant nos hommes politiques, visiblement fétichistes. Hello World, I am coming ! (Bonjour le monde, j’arrive !).

11.

Quand (et oui, dommage!) toute cette islamophobie et injustice résulte sur une volonté ferme de se battre contre ces hommes et femmes avides de pouvoir. Ignorants de surcroît, dont les langues s’expriment sans gêne, de façon totalement mensongère et irrespectueuse.

12.

Quand plus que jamais, ton hiijab est devenu un acte presque révolutionnaire. Alors même qu’au départ, c’était pour faire de ton corps ta propriété privée et exclusive que tu l’as porté.

Bref, la femme musulmane en France est devenue militante pour ses droits malgré elle. Merci !

Laissez un commentaire !