Tout le monde est sorti et je n’ai point envie de bouger de mon lit… Pour commencer, je ne suis pas là, en train d’écrire de mon propre grès. J’applique seulement les conseils du thérapeute qui pense que ça pourrait m’être utile… J’ai des doutes, quand même. Mais je n’ai rien à faire de cette semaine de congé « forcé », autant gribouiller quelques mots…

Je ne sais même pas ce que je devrais écrire. Je me sens un peu vide. Lorsque j’avais pris rendez-vous chez le médecin, question de faire un bilan de santé et d’avoir un conseil par rapport aux compléments alimentaires (pour re-booster mon énergie), je n’imaginais pas du tout qu’il me conseillerait de voir un psychologue. Selon lui, j’en avais besoin !

Et sur les recommandations d’une amie, j’ai fini par rencontrer un psy. Je devais parler de moi, de ce qui me préoccupait. Mais j’étais, en quelque sorte, perdue. Tout ce que je savais, c’est que je ne me sentais pas bien. Pour savoir pourquoi, il faudrait encore creuser…

Ça m’arrive de temps à autre, d’avoir des questions existentielles, que je chasse vite de mon esprit. Je n’ai pas le temps de penser à ça. J’ai une vie bien remplie, un travail respectable, une famille soudée et une situation financière assez confortable… Que demander de plus ?

Mais je me dis maintenant que le fait de rejeter ces questions n’était pas vraiment la solution. Car, à chaque fois, je replongeais dans mon quotidien jusqu’à épuisement, pour encore ressortir la tête et me retrouver avec les mêmes questions abandonnées auparavant : qui suis-je vraiment ? Que fais-je de ma vie ? Quels sont mes objectifs ?

Suis-je la seule à se poser tant de questions ? Je ne le pense pas. On est tous un peu à la recherche de buts à notre vie. On essaye de lui donner du sens pour pouvoir aller de l’avant, n’est ce pas ?! Je ne sais pas s’il y a des gens qui peuvent vivre sans objectifs ?! Ne sachant ni vers où, ni vers quoi se diriger. J’appellerai plutôt cela, « se laisser aller »…

En effet, j’ai l’impression que ça fait très longtemps que je n’ai pas pris ma vie en main. C’est comme si j’étais automatisée pour faire toutes ces tâches et obligations. À un certain moment, je perds le sens et je ne sais plus pourquoi je le fais. Le problème c’est que, quand cela m’arrivait, j’attribuai la cause à la fatigue et au rythme effréné de mes journées. Je ne prenais pas le temps de m’écouter…

Qui suis-je ? Quelles sont mes références dans la vie ? Mes convictions ? Quels sont mes principes ? Qu’est-ce qui donne un sens à ce que je fais ?… Ma liste de questions est longue, et heureusement, pour une fois, je ne manque pas de temps pour y réfléchir.

En tant que musulmans, on a un objectif sur le long terme, qui est de préparer sa vie dans l’au-delà. De cumuler les bonnes actions et de limiter les mauvaises, afin de jouir du paradis éternel. En quelque sorte, la tâche de donner un sens à sa vie, nous a été facilitée, ou presque…

Des fois, j’envie ces personnes qui se sont converties à l’islam. Elles ont fait l’effort de chercher et d’adhérer à une religion qui n’était pas la leur. Moi, j’ai le sentiment de ne pas avoir fait un grand effort, à ce niveau. Je suis musulmane « de père en fils », ma religion a toujours fait partie de mon identité. C’est à la fois, une chance et une épreuve. Car il faudrait constamment renouveler sa foi, et se rappeler des intentions derrière chaque acte. Ainsi que de l’objectif de notre existence sur cette terre.

Je prends souvent l’exemple d’un athlète professionnel. Toute sa vie, tourne autour de son objectif ultime : GAGNER. Son mode de vie, ses activités, son alimentation… Tous convergent vers ce but. Moi aussi, je voudrais me rappeler de mon objectif suprême. Ça m’apporte beaucoup de m’attacher à ce volet spirituel qui donne tant de sens à ce que nous vivons. Je voudrais penser que mon travail ne consiste pas seulement à faire ma part des choses. Mais à me permettre d’être utile dans la société, à représenter convenablement ma religion. Je souhaite que mes obligations à la maison prennent un autre sens. Celui d’être une occasion de gagner en bonnes actions… Et chaque fois que je me lève, le matin, je voudrais garder à l’esprit qu’une journée est une nouvelle chance qui me rapprocher de mon objectif suprême…

Laissez un commentaire !