Comme le dit Stromaé : “quand il n’y en a plus, il y en a encore” ! En tout cas, en France c’est une théorie qui est prouvée au quotidien. Aujourd’hui, c’est Marc Trévidic qui nous fait part de son brillant esprit à propos de la radicalisation.

Marc Trévidic et la technique pour détecter la radicalisation

C’est ce matin, à l’antenne de Europe 1, que Marc Trévidic, ancien juge d’instruction au tribunal de grande instance de Paris au pôle antiterrorisme, nous a fait part de sa technique pour reconnaître les personnes radicalisées. D’après lui, c’est très simple. Il suffit de mettre deux personnes de sexes opposés dans une même pièce et voir ce qu’il va se passer. Oui… On vous comprend, nous aussi ça nous a dépité d’entendre de telles âneries… Âneries prononcées d’un air amusé. Probablement que lui-même a conscience du niveau d’absurdité de ces paroles.

Ne pas serrer la main est un crime en France

Que dire ! C’est incroyable de penser qu’en France des sujets pareils sont considérés comme valables dans le débat public. Qui plus est pour en faire la base d’accusations graves. Cela signifie donc qu’en France, la liberté de ne pas faire la bise ou de ne pas serrer la main n’est pas un droit. À plus forte raison, si la personne qui exprime cette volonté est de confession musulmane.

Il est important de préciser que faire la bise ou serrer la main relève de la culture et des croyances de chacun. Aussi, nombreux sont les pays qui entourent la France, pays non-musulmans donc, où la bise ne se pratique pas. Car considérée comme une intrusion dans la sphère intime de l’autre. Il suffit d’étudier un peu d’interculturalité pour comprendre que chacun a des croyances et des fonctionnements différents. Il n’y a donc aucun problème à ne pas faire la bise. D’ailleurs, elle se pratique plus souvent avec des personnes qui nous sont familières, et non étrangères. Et puis, cela n’interfère en rien dans la communication avec l’autre.

Au fait, il se passe quoi si on laisse deux personnes de sexe opposés seuls ?

Nous voilà dans l’obligation d’enseigner les bases de la relation entre un homme et une femme en âge adulte. Si l’islam limite le contact physique entre l’homme et la femme dans la sphère publique, c’est tout simplement du fait de l’attirance naturelle qu’il y a entre les deux sexes. 

Bien-entendu, cela ne signifie pas que les êtres humains sont des animaux sans contrôle d’eux-mêmes. Mais, cela signifie qu’il vaut mieux prévenir que guérir. Car au final, chacun ne contrôle réellement que sa propre personne. Alors pour éviter tout type de débordement, ou pour tout simplement éviter de créer une faille, l’islam conseille de prendre ses distances. Ce qui offre plus de confort et de tranquillité à la femme. Pas de radicalisation en cela donc. Juste une volonté de respecter l’autre.

Bref, rendez-vous à la prochaine pépite du débat français !

Laissez un commentaire !